Week-end à Brive 100% Gaillard, 100% Rugby !

Week-end à Brive 100% Gaillard, 100% Rugby !

Découvrir une ville par sa passion pour le rugby, voici une drôle de proposition. Pourtant c’est bien l’angle de vue qui m’a été proposé à Brive un week-end de mars.

Tout commence Gare d’Austerlitz, 4 heures de train Teoz, une véritable découverte pour moi habitué du TGV Méditerranée. C’est plus lent mais tellement plus spacieux !! Pour les plus pressés on peut également se rendre à Brive en avion 😉

Le cœur de Brive est un charmant centre ville datant du XVIème siècle regroupé autour de la Collégiale Saint-Martin. Notre visite se termine devant la boutique Otago où nous attend son très sympathique fondateur Gérard Bothier. Otago se différencie des autres marques rugby par des tarifs plus raisonnables. Installée actuellement dans tout le sud-ouest, une nouvelle boutique ouvrira bientôt ses portes à Paris et pas n’importe où, dans le quartier d’Odéon à proximité de la rue Guisarde, fameuse rue de la soif connue des amoureux du ballon ovale pour ses troisièmes mi-temps !

Mais il se fait déjà tard et la rencontre de TOP 14 entre le CA Brive et le Stade Français nous attend ! D’ailleurs, c’est en se rendant au stade que je commence à comprendre à quel point la ville vit rugby. Le stade de 15 000 places est rempli comme un œuf. Impressionnant pour une ville de 50 000 habitants !

Installé confortablement dans la loge d’Otago, heureusement car la température extérieure avait prit un mauvais tour avec la tombée de la nuit, j’ai le plaisir d’assister à un superbe match. La victoire de Brive 26-14 sur Paris permettait encore d’espérer une qualification pour les playoff, évaporée après la défaite face au Racing Metro. Pour la première fois de ma vie et probablement la seule, je pénètre dans les vestiaires d’un club professionnel, où forcément la bonne humeur domine, les canettes de bières sont de sorties et les sourires sur tous les visages. Quelques poignées de main, des photos et on file au repas officiel.

Le repas d’après-match, vous croyez que c’est quelques dirigeants, les sponsors et les joueurs ? A Brive, c’est un millier de personne réunit pour célébrer les victoires ou les soutenir les jours de défaite. Fabrice Estebanez demi d’ouverture de Brive partage notre table, l’occasion de lui poser quelques questions et de le chambrer avant notre matinée du lendemain. Mais ça, je vous le raconterais plus tard, car après avoir bien, voire très bien mangé, on ne rentre pas se coucher sans une bonne 3ème mi-temps !

En route pour le centre ville et une tournée des bars, le Café de la Poste et le Toulzac, tous les deux pleins comme il se doit, avant de terminer la soirée à la « Cha Cha’ (la Charette) une discothèque bien connue pour les 3ème mi-temps des joueurs apparemment. Couché vers 3 heures du matin, il est temps de récupérer car il va falloir être en forme pour le programme du lendemain.

Le samedi matin, habillé avec la véritable tenue des joueurs, je fais mon entrée sur le stade pour une séance de pénalités avec Fabrice Estebanez. Très disponible, Fabrice, dont c’était probablement la première fois qu’il avait à expliquer sa technique de buteur, a vraiment tenté de faire de nous des Jonny Wilkinson et il a plutôt réussi avec Maxime du site lerugbynistere.fr qui a réussi toutes ses tentatives de tirs ! Sous un temps magnifique pour cette saison, on passe un excellent moment et l’on ne voit pas l’heure filer.

Nous partons déjeuner au Café de la Poste avec Ludovic Valbon, jeune retraité depuis 2 ans. L’ex-international français commence aujourd’hui sa reconversion en agent immobilier et a totalement coupé avec le monde du rugby. L’occasion d’échanger autour de la difficulté de prendre ce virage et de l’évolution du rugby actuel sur lequel il porte un regard sans concession.

L’après-midi est déjà bien avancée lorsque nous rejoignons le Toulzac pour regarder les matchs du tournoi des 6 nations. L’occasion aussi d’écouter par Bruno Marty « himself », propriétaire du Toulzac et ancien joueur de Brive, le récit de la fameuse bagarre qui avait eu lieu dans le bar lors de la réception de Pontypridd en 1997.

C’est toujours dans le bar que Pierre Besson nous présente le livre du centenaire du CAB mais peut-on encore appeler ça un livre ? C’est une véritable encyclopédie du rugby à Brive qui est contenu dedans. Trois ans de recherche et de documentation ont été nécessaires pour constituer ce pavé de plus de 4kg !!

Afin de terminer ce week-end en beauté, c’est dans le splendide cadre du Castel Novel que nous retrouvons Alain Penaud (champion d’Europe avec Brive), Loic Van der Linden et Jean-Luc Joinel. Trois anciens rugbymen briviste et donc trois fois plus d’histoires à partager. Un repas absolument divin et des discutions passionnantes, il n’en fallait pas plus pour que la soirée défile à une vitesse dingue…

Ce qui me restera de ce week-end à Brive, c’est la chaleur humaine, la disponibilité de tous, joueurs anciens et actuels, le bonheur de partager leur passion pour le rugby. L’Office de tourisme de Brive voulait nous prouver que leur ville battait au rythme du rugby. Elle a réussit son pari !

Un grand merci à Stéphane Canarias, directeur de l’office, à Clémentine l’atout charme de l’office de tourisme et à Emilie de Blogrider.

Je vous invite à découvrir lerugbynistere.fr, site animé par Maxime Rouquié avec qui j’ai eu le plaisir de partager ce week-end.

Toutes mes photos sont visibles sur mon flickr

Ecrit par Ludo Bonnet

De retour dans le sud de la France, je continue de partager les différentes facettes qui composent le sport : de la pratique à la compétition qu'elle soit amateur ou professionnelle.