J’ai défié la réalité dans le ciel de Londres

J’ai défié la réalité dans le ciel de Londres

Je vous parlais lundi de la sortie parisienne du nouveau SSX en vous promettant de l’adréline. Et bien la voici !
SSX-Battersea-Power-Station
Tout commence par un rendez-vous bien mystérieux à Londres. Un saut en Eurostar et bienvenue à London 2012 ! L’attente est longue jusqu’au soir tant on nous a promis de vivre un moment exceptionnel. Force est de reconnaitre que je n’ai pas été déçu.
L’équipe anglaise de EA Sports nous avait préparé une tyrolienne de 400 m de longueur avec un départ du haut de Battersea Power Station à un peu plus de 60m de hauteur…

Si vous vous demandez comment on en arrive à balancer des blogueurs dans le vide du haut d’une usine désaffectée je pense que je tiens un début d’explication. Le nouveau SSX s’ouvre sur un tutoriel dans lequel on peut découvrir les figures lors d’une chute libre dans les airs. Comme il était assez compliqué de nous lâcher d’un avion, Electronic Arts a décidé de nous accrocher un câble.

Je vous passe le passage où l’on gravit les escaliers rouillés de l’usine fermée depuis 1983 tout de même… On arrive en pleine confiance sur le toit où nous attend l’équipe de professionnels chargés de nous balancer par dessus bord.

Une fois arnaché vient le moment fatal du saut, et là, face au vide, le doute commence à pointer. Comme si ça ne suffisait pas, on me propose de m’équiper d’un snowboard pour que je tape quelques tricks! Enfin que j’essaye… Et pour être sûr ne rien rater de mes émotions, une mini-caméra est fixée sur mon casque.
Face au vide il faut éteindre le cerveau pour se lancer dans la nuit noire. Passé ce moment c’est le bonheur de planer, une sensation pure, tellement grisante… On se prend à tenter des figures mais malheureusement c’est déjà l’arrivée. Et oui… la chute est haute mais l’apesanteur très présent. Certains chanceux ont pu faire 2 sauts mais pour moi il est déjà trop tard. Cruelle déception, car j’aurai aimé recommencer l’expérience maintenant que l’appréhension du premier saut est passée.

L’équipe de professionnel qui nous a encadré a su nous rassurer et nous permettre de dépasser nos peurs et personne n’a reculé devant cette folie.

Une fois de plus l’envie de faire un saut en chute libre est de retour et je crois bien que 2012 sera l’année où réaliser ce vieux rêve…
Merci EA Sports pour cette expérience exceptionnelle dans la nuit londonienne, on recommence quand?
Ecrit par Ludo Bonnet

De retour dans le sud de la France, je continue de partager les différentes facettes qui composent le sport : de la pratique à la compétition qu'elle soit amateur ou professionnelle.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *